hafid aggoune


---L E S---A V E N I R S --- éd. Storylab (2013) / éd. Farrago (2004)

Prix Félix Fénéon 2005
Prix de l'Armitière 2004

Mars 2014 : Optionné par Good Lap Production pour une adaptation au cinéma - un long-métrage réalisé par Brigitte Lo Cicero
d’après un scénario de B. Lo Cicero et H. Aggoune)

quatrième de couverture (version papier)
revue de presse
interviews de l'auteur
acheter ce livre (version papier)
version numérique






HISTOIRE DU MANUSCRIT

Commencé en 1993, étalant son écriture sur dix années, le manuscrit des Avenirs a été envoyé fin 2003 par voie postale aux éditeurs les plus importants, trouvant un écho favorable auprès des éditions Farrago et Denoël.
La première édition a été publiée en septembre 2004 chez Farrago, maison fondée par Jean-Pierre Boyer (fondateur des éditions Fourbis) avant qu'une partie du catalogue ne soit reprise pas les éditions Verdier en 2008.
À sa sortie, le livre a fait la Une du Monde des livres par un article de Josyagne Savigneau et reçu un accueil dithyrambique des critiques et des libraires, distingué par le Prix Félix Fénéon de la Sorbonne et le Prix de l'Armitière, finaliste d'une dizaine de prix littéraires (dont les Prix Emmanuel Roblès, Monaco, Méditerranée, Wepler, etc)
Le roman a été réédité en numérique chez Storylab en mars 2013 (édition revue et corrigée).
En mars 2014, le roman est optionné au cinéma par Good Lap Production en vue d'un long-métrage (scénario adapté par Hafid Aggoune et Brigitte Lo Cicero, après une première version de l'auteur en 2005, dans le cadre du programme européen Aristote qui avait sélectionné Les Avenirs pour une adaptation en long-métrage).




"Un jour, j’avais dix-sept ans, j’ai disparu de moi."


Pendant près de soixante ans, Pierre Argan a vécu absent à lui-même, sur l’île de Luz où on l’a interné. Mais ce matin de septembre, le vieil homme se réveille. Il remonte alors le cours de sa vie, se souvient peu à peu de son enfance, de son premier amour Margot... et de cette journée d’automne, en 1942, où tout a basculé. Un texte poétique et envoutant, qui nous parle de mémoire, de création, d’exil et d’amour.


PRESSE (extrait)

<< revue de presse complète

"Je la revois maintenant soixante ans plus tard, elle, la Juive, réduite à cela, à ce mot si beau, Juive, ce chuchotement entre les lèvres, ce jus de vie frais, glissant dans la gorge, les jours de canicule, cette fraîcheur du mot, l'étemelle jeunesse de sa musique, emportée à jamais". En ces jours où, horrifiés, nous voyons le racisme réapparaître un peu partout et, hélas, pour notre plus grande honte (...) en ces jours noirs où des criminels, malgré l'opprobre général, osent encore se réclamer de Hitler, ce livre est à lire absolument."


Edmonde Charles-Roux - de l'Académie Goncourt
>> article complet


"Récit sur la mémoire individuelle et collective, l’exil, l’absence, les blessures et le retour à la vie, ce roman d’Hafid Aggoune n’a pas perdu de sa vigueur ni de sa troublante sensualité. Les Avenirs est aussi un voyage dans le temps et dans l’histoire, un exercice délicat mais réussi, tantôt d’une lucidité cruelle tantôt poétique voire onirique. Les Avenirs est aussi un roman d’amour doublé d’un roman d’apprentissage inversé où le lecteur suit le narrateur dans sa lente remontée du siècle dernier, jusqu’au choc, jusqu’à la perte. Les Avenirs dresse également le portrait d’un homme qui, par le manque, l’absence et grâce aux souvenirs (même si ceux-ci sont douloureux), a choisi de revivre. Les Avenirs, enfin, est une ode à la création, à la vie."

Christophe Grossi, ePagine (mars 2013)
>> article complet


"Voilà comment une pépite littéraire trouve une seconde vie grâce au numérique.
L’histoire pourrait s’arrêter là, et ce ne serait déjà pas si mal. Mais l’ironie du sort en a voulu autrement. Car ce texte qui connaît aujourd’hui une renaissance parle d’un homme… qui connaît une renaissance. Il semblerait que les dieux farceurs de la littérature se soient penchés sur le berceau de Hafid Aggoune.
Dans ce récit, Pierre, 76 ans, revient d’une longue absence au monde et à lui-même, il se réveille d’un long sommeil qu’il a entamé un jour d’automne 1942, alors qu’il était âgé de 17 ans. Durant plus d’un demi-siècle, il est resté en léthargie, « dans un asile perché comme un enfer à flanc de falaise », sur l’île de Luz, face à la mer."

Laurent Bettoni, La cause littéraire (juillet 2013)
>> article complet


"Hafid Aggoune écrit comme un peintre crée sa toile et les couleurs de sa plume résonnent avec douceur, pureté, élégance, finesse et poésie. L’écriture, l’importance de la langue, la peinture, la musique, la nature, l’eau, le sable, la mer et les montagnes sont omniprésentes tout au long de ce récit. Ce premier roman sonde les coulisses de l’existence, de l’âme, du monde et de l’humanité, préoccupations qui s’inscrivent dans l’air du temps de la littérature d’aujourd’hui. Bouleversant et virtuose."

Valérie Debieux, La cause littéraire (mars 2013)
>> article complet


"Dès les premières pages, un écrivain déploie ses ailes puissantes. Dans le ciel surchargé de la rentrée, on ne voit que lui. «Les Avenirs» est un sacré livre : avec ce qu'il faut de style et d'intensité dans l'écriture et une histoire si bien sentie qu'on la jurerait vécue par l'auteur lui-même, s'il n'était né trente ans après l'Occupation..."

Anne Crignon, Le Nouvel Observateur (jeudi 16 septembre 2004)


<< Revue de presse complète


"C'est à cause de la mort, c'est toujours à cause de la mort, partout, à toutes les époques, pour chacun d'entre nous, ce qui arrive et ce qui n'arrive pas, parce qu'il n’y a rien à quoi se tenir, il n'y a rien et le vide tourne autour du vide et dans cette vie il faut apprendre à vivre avec ce vide, apprendre à le combler de vie, apprendre à voir derrière les images, apprendre à jouir sous les bombes, les crachats, les injures, les trahisons, les exils, les déportations, les silences, les cris et tous les manques, apprendre à danser dans les bras sans corps du néant, apprendre à être fier de soi, à s'aimer soi, à aimer l'autre parce que chacun est un étranger, parce que personne ne se ressemble, apprendre à aimer cette vie et ce monde qui recommencent toujours, parce que nous sommes fragiles."

"L'amour est une ombre parfumée, me suis-je dis tout en l'écrivant.
Oui, l'amour est cette ombre parfumée qui ne vous quitte jamais.
Vivre ce lien comme si l'autre était l’ombre vivante de soi et soi l'ombre vivante de l'autre."


---------Hafid Aggoune, Les Avenirs (Farrago/Storylab ®)




H. Aggoune © 2004



« Quand l'homme a vécu l'inoubliable, il s'enferme avec lui pour le regretter,
ou il se met à errer pour le retrouver »
.

-----------------------------------------------------------Maurice Blanchot



- interviews >>


Hafid Aggoune
Les avenirs
Roman

147 pages (15 euro)
ISBN : 2844901506
Paru le 20 août 2004 en librairie aux éditions Farrago

>> réédition numérique aux éditions Storylab
en pré-commande dès le 26 février 2013 (3,99€)
sortie le 15 mars 2013 (5,99 €)




_______________________________________________________________________________________

Contact presse : contact mail@
Recommander ce site
© Tous droits réservés, 2013. © hafidaggoune.com [2013]